Samba

Préparation

On commence par mettre à jour le serveur :

apt-get update && apt-get upgrade

On installe ensuite samba :

apt-get install samba

On créé le groupe « dupont » :

groupadd dupont

On créé l’utilisateur « dupont » dans le système, en l’ajoutant au groupe « dupont » :

useradd -g dupont dupont

Puis, on le créé pour samba et on définit son mot de passe lorsqu’il est demandé :

smbpasswd -a dupont

On créé ensuite le dossier partagé, avec les droits adéquates :

mkdir -p /partage/dupont<br /><br /><br />
chown -R root:commercial /partage/dupont/<br /><br /><br />
chmod -R 770 /partage/dupont/


Configuration de Samba

On peut maintenant s’attaquer à la configuration de samba. Le fichier de configuration principal de samba se situe à cet emplacement : /etc/samba/smb.conf

On va faire un fichier plus synthétique que l’original, mais on préserve tout de même ce dernier :

mv /etc/samba/smb.conf /etc/samba/smb.conf.bak

Il faut distinguer 2 parties fondamentales dans ce fichier :

  • global : qui va définir la configuration principale de samba
  • partages : qui contiendra, par sections, tous les partages que vous souhaitez faire

On créé maintenant le nouveau fichier smb.conf :

[global]

  • workgroup : le groupe de travail, je vous conseille WORKGROUP (valeur par défaut sur Windows)
  • server string (ou netbios name) : le nom du serveur, on utilise ici la variable d’environnement « %h » qui définit le hostname
  • public : la valeur « yes » permet de rendre les partages visibles
  • security : l’option « user » permet de forcer l’authentification par login + mot de passe
  • encrypt passwords : à « yes », valide la négociation des mots de passe cryptés

[dupont]

  • path : chemin du répertoire partagé
  • comment : un commentaire sur le partage
  • valid users : qui a le droit d’accéder au partage
    • les utilisateurs sont déclarés comme ceci : « user1, user2 »
    • les groupes avec des « @ », exemple : « @groupe1, @groupe2 »
  • writable : on met à « yes » pour le droit en écriture sur le dossier
  • directory mask : droits appliqués sur le répertoire (identique à Linux, avec un « 0 » devant)
  • create mask : droits appliqués pour la création de fichiers (identique à Linux, avec un « 0 » devant)

On peut ensuite vérifier que la conf est bonne grâce à testparm :

testparm smb.conf

Enfin, on redémarre le service samba :

/etc/init.d/samba restart